AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Premier chapitre: critique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Danaël Thera
Mage Blanc
Mage Blanc
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 19
Localisation : Bonne question.

MessageSujet: Premier chapitre: critique.   Sam 1 Fév - 0:42

Bonjour, joyeux lecteurs assoiffés de curiosités !
Ce sujet est posté pour une critique du premier chapitre d'une histoire que j'écris pour le plaisir. Vos critiques me feront, j'en suis sûr, améliorer mes idées pour mon prochain chapitre et rectifier le premier en cas d'erreur grossière de ma part.
Je vous laisse le plaisir de la lecture !



Chapitre I : L'art du mauvais destin.



La guerre. Cette infamie qui ronge nos entrailles jusqu'au bout. Cette peur de mourir à chaque instant. Cette angoisse de regarder l'horizon, espérant que l'assaut ne sera pas trop brutale. Cette effroi, lorsque vous êtes à l'agonie et qu'une personne s'approche de vous avec un regard menaçant. Cette guerre, tout le monde chez moi la connaît. Certains l’appréhendent. D'autres veulent se mêler au combat. Mais très peu, j'ai envie de dire.
La guerre a commencé depuis fort longtemps, vers les années 2050, d'après mes souvenirs d'école. Nous sommes au XXIIème siècle, vous vous en doutez ? En 2132, pour être précis. Les rebelles contre les mutants. Les mutants, qui étaient avant des hommes, voulaient conquérir notre chère planète grâce à la force de la technologie moderne. Mais lorsqu'ils épuisèrent leurs missiles nucléaires et tout autre armement atomique et explosif, ils durent recourir à l'ancienne, c'est-à-dire à la force de l'épée et des bras. Mais les mutants ne s'arrêtèrent pas là : ils prirent leur soldats pour les modifier génétiquement, pour devenir plus puissant. Ils étaient devenus change-forme : ils pouvaient transformer leurs bras et leurs jambes en n'importe quoi... Les rebelles ne purent tenir l'assaut et les mutants prirent le contrôle de la Terre. Régnant d'une main de fer, les rebelles étaient réduits en esclavages et la plupart des jeune filles étaient... Je ne veux pas en parler. Non pas dû au fait de souvenirs, j'ai été épargné. Mais parce que je ne veux pas entamer cette histoire là-dessus.
Les rebelles étaient au bout du rouleau, ils n'avaient aucune chance de survie pour la révolution du peuple. Mais c'est alors que, lors de la creuse d'une montagne pour se réfugier, ils trouvèrent les vestiges d'un village grec et découvrirent ce qui allait les sauver : la légende de l'Ouroboros. L'Ouroboros est une relique en forme circulaire, où trois dragons se mordent la queue entre eux. Celui qui possède les trois peut changer le cours d'une guerre en inversant les rôles. Mais le problème, c'est qu'il n'y avait aucune trace de cette relique spectaculaire. Alors les plus hargneux ont cherchés. Et ils ont trouvé. Mais la découverte fut la fissuration de leur espoir. L'Ouroboros est divisé en trois dragons : la vie, la mort et l'immortalité ou la réincarnation. Et la mort est possédé par le chef des troupes mutantes, nul autre que le Roi Dragon Thomas Glaedr. Cela les mena dans le désespoir. Mais ce qu'il ne savent pas, c'est que les deux autres dragons ne sont pas dans le camp des mutants. Deux autres personnes ont hérités des pouvoirs de l'Ouroboros. Et mon destin était de les réunir pour sauver l'humanité de ces mutants.
Je m'appelle Elza Haetwain. Je suis une jeune fille, si vous avez bien lu mon prénom. Fille d'un maître en art de la guerre et d'une mère guérisseuse, je suis une fille tout à fait normale ! Je n'ai pas de dons spectaculaire donc n'espérez pas que je fasse apparaître des flammes dans ma main en disant : « Oh, je ne savais pas faire ça ! Maintenant, allons sauver le monde ! »... Nous sommes dans la réalité, personne ne naît avec des pouvoirs hors du commun.
J'ai atteint mes douze cycles (j'ai douze ans alors...) et chaque jeune fille, à cette âge-là, doivent jurer fidélité à un homme jusqu'à que je serais apte à me marier. Voilà ce que je déteste dans ce nouveau monde. Revenir aux règles du Moyen-Âge. Et tout les garçons du village me demandent ma main. Parce que oui, je suis très belle ! Mes cheveux bruns et ondulés m'arrivent au bas du dos, mes yeux noisettes amandes brillent de merveilles, mes fines lèves sont toujours souriantes, révélant des dents blanches et droites. Mon petit nez cherchant toujours à fouiner, avec mes petites mains malines. Mes formes naisssantes laisse à désirer un futur corps de rêve. Mon père a beau avoir des cicatrices, mes parents sont le plus beau couple du village ! Personne ne m'intéresse dans ce village, même les jeunes garçons de mon âge. Je peux me montrer arrogante parfois ! Et c'est ce que déteste mon voisin. Nathan Felgrov. Un beau garçon aux cheveux bruns en bataille ainsi que des yeux d'un vert éblouissant. Des années à travailler avec son père à la forge lui ont donné un corps musclé et puissant. Il a juste deux ans de plus que moi. Mes parents disent que c'est le mari idéal, mais même si il est beau, attirant et je ne sais quoi d'autre; je ne veux pas me marier avec ce bon-à-rien, toujours à se battre pour n'importe quelle raison et très renfermé sur lui-même, insupportable et pas très bavard. C'est même son père qui a dû le forcer pour venir demander ma main. Mais je l'ai envoyé paître rapidement !
Un beau jour d'été, alors que la cérémonie de choix était dans trois jours, mon père est partit pour la guerre, nous laissant deux armes au cas où les ennemis viendraient ici : une épée finement ouvragée et un katana bien forgé. Et il nous laissa dans notre village, seules, avant de mourir avec les autres guerriers. Car inutile de vous cacher qu'il est mort là-bas. Ne vous ai-je as dis dans quel village nous étions ? Et bien, notre village n'a pas de nom. Nous l'appelions tous « Le Village ». Il se situe dans une forêt d'Europe, près de ce que nous appelions l'Allemagne. Et je ne savais pas où se trouvait le front d'ennemis.
Pour calmer la peine du départ de mon père, je me suis enfuie dans la forêt, en respirant bruyamment. Crise d'angoisse. Cela m'arrivait souvent. Assise sur un rocher de la taille d'une chaise, je m'enfouis la tête dans mes mains et sanglota un moment. Je savais que mon père n'allait pas survivre. Ma mère aussi, mais elle demeurait forte. Mais moi... Je suis encore une gamine. Une pauvre gamine...
-Toi aussi, ton père est parti ?
Je levai la tête, pour savoir qui vient de me poser cette question idiote. Et c'était ce cher Nathan, qui se daignait de me parler. Je lui lançai un regard noir puis fixai mes pieds.
-A ton avis ? Ils ont pris ceux qui pouvait repousser les Mutants...
-Donc tu dois savoir que je suis orphelin, à présent.
Je fis un hoquet. Son père était donc parti lui aussi. Sa mère étant morte à sa naissance, il doit maintenant s'occuper de la forge tout seul.
-Lamentes-toi avec moi, je me sentirai moins seule comme ça.
-Ca ne sert à rien de se lamenter de son futur proche. J'irai moi aussi, et je n'aurai pas plus de chance que mon père de survivre.
Il prend ça tellement normalement... Je lui en veux. Je lui en veux de se comporter de cette manière. D'avoir prononcé ces mots. D'être indifférent à la mort prochaine de son père.
-Tu me dégoûte Nathan...
-Et c'est la même chose pour moi. Je me dégoûte moi-même.
-Alors commence par arrêter de dire toute ces horreurs et à t'inquiéter pour quelqu'un ! Comment peux-tu te dire être une personne normal après avoir de tel propos ? Tu es un Mutant !
Je crois que j'en ai dis trop. Il se leva, le regard menaçant, les poing serrés. Qu'il me frappe, cela ne me fera rien. Qu'il me mette en sang, je ne lui dirais rien. Je ne cracherais même pas un mot, pour lui montrer que je n'ai pas peur de mourir. Mais il se contente de pointer le doigt vers l'intérieur de la forêt.
-Alors, ne me parles plus, ne m'adresse plus la parole. Je ne reste pas à me morfondre sur mon père silencieusement, sur notre mort prochaine. Sur ta mort prochaine.
Je n'ai pas compris ce qu'il vient de dire. Mais cela n'a pas d'importance en ce moment. J'ai le sang qui bouillonne dans mes veines et je lance ma main vers son visage lorsque j'entendis une conversation qui me stoppa nettement et le sang ne fit qu'un tour dans mes veine.
VOUS AVEZ UN RENDEZ-VOUS. »
« UN RENDEZ-VOUS ? OUI, AVEC LE VILLAGE. »
Des Mutants. Deux groupes de Mutants. En direction du village. C'est très mauvais pour la santé à long terme, ça. Je me suis élancée vers la direction du village lorsque quelque chose me retint par le bras. Puis à la seconde d'après, je me suis retrouvée dos au sol, mon agresseur ayant mis sa main sur ma bouche et son genou sur mon ventre, m'empêchant de faire le moindre mouvement.
-Il ne faut pas y aller, à moins que tu veuilles te faire tuer ! Me chuchote Nathan.
-Pas question que je reste ici à ne rien faire en attendant que verse le sang du village.
Je lui mordis violemment la main, ce qui le fait reculer, en plaquant son autre main sur sa bouche pour éviter qu'il hurle. Et, profitant de cette faiblesse, je me suis mise sur mes pieds et je piquai un sprint vers le village. Je sentais les larmes glisser sur mes joues. A moins que ce soit la sueur de la fatigue. Quand je suis arrivée au village, je me doutais bien de ce que j'allais voir. Et j'ai touché juste. Les maisons brûlaient, on entendait des cris puis une épée fendant l'air. Un garçon agonisant était près de moi. Il me tendait la main, pour que je vienne l'aider. Secouant légèrement la tête, je m'élançai dans le feu, en entendant les dernières plaintes du garçon.
La fumée me brûlait les poumons. Je ne savais pas quoi faire face à ça. Je n'avais jamais encore vécu cette situation. Dans la brume, je pouvais voir plusieurs hommes se battre, puis l'un deux planter sa lame, ou devrais-je dire son bras, dans l'estomac d'un autre. C'était affreux. Vraiment affreux. L'odeur, la vue, la fumée, tout autour de moi brouillait mes sens. Mais quelque chose me revint en tête : ma maison, les armes, ma mère. Aussitôt, en suivant les traces au sol, je pus retrouver ma maison rapidement. Mais celle-ci était en feu, comme toute les autres... Et aucune trace de ma mère. Je me trouvais dans une situation critique, lorsqu'ils arrivèrent. Trois Mutants fraîchement arrivés dans l'armée du Roi Dragon. Ils me regardèrent avec juste une envie : faire passer leur colère sur moi. Ils marchèrent dangereusement vers moi, sans défense pour les faire reculer, lorsque je vois une lance en bois siffler dans les airs et transpercer la jambe de l'un de mes agresseurs. Et quelqu'un d'assez forte carrure, la coupe en bataille ainsi que le regard dur fit son apparition derrière moi. Je fis la plus grande grimace que ma bouche permettait de faire. Nathan est venu. Je lui dois une minute de ma vie. Et devoir une dette envers quelqu'un, cela ne me plaît pas du tout. Surtout si je déteste la personne.
Il portait une lance en bois dont l'extrémité était doté d'une pointe en acier aiguisé, ainsi qu'un bouclier en fer. Il plaça son bouclier entre moi et les trois Mutants. L'un des Mutant, celui qu'il avait attaqué à la jambe, s'attaqua de front à lui. Il fit sortir un fil de son bras droit qu'il enroula autour de Nathan. Et de l'autre, il fit apparaître une épée et transperça mon sauveur. Il n'a pas duré très longtemps en vie.
Je voyais ses boyaux sortir sous le coup, et il trancha ce qui restait devant moi. Je crois qu'il était mort à présent. Tentant ma chance, je pris une pierre de la taille de ma main et me jeta sur le tueur pour lui asséner un coup sur la tête, assez fort pour que je puisse me relever et prendre les armes du cadavre près de moi. Je plaçai le bouclier sur mon bras droit et la lance empoignée à ma main gauche. Le regard menaçant, je fixai le Mutant que j'avais attaqué se relever avec un air de reproche. Quand soudain, quelque chose dont je ne pensais pas arriva. Il recula, battant en retraite. Mais il y avait bien une raison à ça ! Je baissai mes arme et vis que quelque chose s'approchait de moi. Quelque chose de plus grand et plus imposant. Quelque chose de plus terrible que les Mutants. Et je vis la dernière chose qui pouvait m'arriver : un ogre. Sur cet ogre, il y avait un mutant (le chef je parie) avec un masque sur l'épaule. Si je tuais ce Mutant, l'ogre s'enfuirait de peur et les autres aussi. Donc j'ai placé ma lance au niveau de ma tête, visant la tête de l'ogre. Quand le chef Mutant a rigolé, j'ai lancé la lance, en direction du cœur du chef. Mais celui-ci, n'étant pas bête à ce point, esquiva aisément la lance. Enfin presque. La lance heurta son masque, qui tomba au sol et se brisa en plusieurs morceaux. Le chef regardait les débris pendant quelques minutes, et ses yeux virèrent au rouge. Il hurla de me charger pour me tuer. Je n'avais aucune chance de survie.

Je me trompais. Car dans les secondes qui suivait l'hurlement, Nathan poussa un cri. Non, ce n'était pas un cri, c'était un rire. Un rire sadique, étrangement puissant. Quand je tournai le regard, je le vis avec un morceau du masque sur le visage, ses yeux tout noirs, sauf ses iris : jaunes comme le sable. Et ce qui m'horrifia le plus, c'est que je voyais ses boyaux et ses blessures guérir à vu d'oeil. C'était un démon.

___________________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuna Yuki
Mage noir
Mage noir
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 17
Localisation : Dans un monde

MessageSujet: Re: Premier chapitre: critique.   Dim 2 Fév - 18:41

Super l'histoire.Je l'adore.Maintenant je veux savoir la suite !!!^^

___________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Premier chapitre: critique.   Ven 21 Fév - 19:23

J'adore trop cette histoire! J'ai trop hâte de lire la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premier chapitre: critique.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier chapitre: critique.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Armure avec talent esquive+2 et "premier coup critique"
» [Story] Brothers in Arms, chapitre 1
» Livre I- Chapitre 3 : Erik L'Homme
» [Winds of Winter] Nouveau chapitre spoilé
» [officiel]Soluce du jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Dream  :: DISCUSSIONS :: BLABLA-
Sauter vers: